30 avril 2011

Traduction selon Théophile Gautier

Dans un article de Théophile Gautier paru dans Le Moniteur universel du 1er Avril 1854 sur une récente traduction de La Divine Comédie, je relève ceci :   « Autrefois les traducteurs français ne se piquaient guère d’exactitude ; ils supprimaient de leurs auteurs tout ce qui avait un parfum exotique, ils remplaçaient par d’autres les idées ou les images qui leur semblaient étranges, et ne le servaient au public qu’accommodé au goût du jour. Le sens général seul était à peu près conservé ; mais les saveurs de... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 14:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2011

...et le fou écrit un livre

« L’homme est un balancier qui frappe une monnaie à son coin. La quadruple porte l’empreinte de l’empereur, la médaille du pape, le jeton du fou. Je marque mon jeton à ce jeu de la vie où nous perdons coup sur coup et où le diable, pour en finir, siffle joueurs, dés et tapis vert. L’empereur dicte des ordres à ses capitaines, le pape adresse des bulles à la chrétienté, et le fou écrit un livre. »   Ce sont les premières lignes de la dédicace  A M. Charles Nodier  de Gaspard de la Nuit de Aloysius... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 15:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
20 avril 2011

Toulouse-Lautrec vu par Jules Renard

Jules Renard écrivait, le 26 Novembre 1894, dans son journal : « Lautrec : un tout petit forgeron à binocle. Un petit sac à double compartiment où il met ses pauvres jambes. Des lèvres épaisses et des mains comme celles qu’il dessine, avec des doigts écartés et osseux, des pouces en demi-cercles. Il parle souvent de petits hommes avec l’air de dire : « Je ne suis pas si petit que ça, moi ! » …… Il fait mal d’abord par sa petitesse, puis très vivant, très gentil, avec un grognement qui sépare... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 18:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2011

Jules Renard : Littérature fantastique

Le 25 Février 1894, Jules Renard notait dans son journal :   « Il faudrait distinguer le fantastique précis, analytique, géométrique, justifié de Poe, du fantastique de ceux qui imitent en lui ce qu’il y a de moins bon, de cette terreur qui consiste(Lorrain) à voir des pieds nus sous les portes, des rideaux écartés par une main, et des mains de femme fraichement coupées sur le marchepied d’un wagon, et à voir(Schowb) des gens dans un brouillard de Londres, qui collent aux passants un masque de poix, et les étouffent... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 18:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
04 avril 2011

Padre Pugnaccio

Extrait du Cinquième Livre des Fantaisies de Gaspard de la Nuit,   Padre Pugnaccio, le crâne hors du capuce, montait les escaliers du dôme Saint-Pierre, entre deux dévotes enveloppées de mantilles, et l’on entendait les cloches et les anges se quereller dans la nue.   L’une des dévotes—c’était la tante—récitait un ave sur chaque grain de son rosaire ; et l’autre—c’était la nièce—lorgnait du coin de l’œil un jeune officier des gardes du pape.   Le moine marmottait à la vieille femme :--« Dotez mon... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 16:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2011

Poil de Carotte : le personnage

Dans son Journal, le 16 Juillet 1899, Jules Renard transcrit un dialogue qu’il aurait eu avec un certain Louis Paillard. On y trouve ceci :   --Poil de Carotte dit à chaque instant des choses audacieuses. On éprouve une gêne, non à cause des audaces, mais parce qu’il nous renseigne mal sur lui-même. On ne sait trop l’âge qu’il a. --Parce qu’il est fait de moments. Ce n’est pas un être qui se compose : c’est un être qui existe. J’aurais pu l’arranger, le tailler : je ne l’ai pas voulu. C’est un travail que vous faites... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 10:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,