27 juin 2011

Quelques opinions sur Balzac

Lu, chez Paul Edel, ce message de PE lui-même :        Trois jugements sur Balzac : « Balzac est en train de finir comme il a commencé, par cent volumes que personne ne lira. On n’aura vu que son milieu, comme le dos de certains gros poissons en mer. Balzac, jusque dans ses meilleurs romans, a toujours gardé quelque chose de la bassesse et, pour ainsi dire, de la crapule de ses débuts. » Sainte-Beuve, Portraits littéraires 1844. « Si je m’interroge plus précisément sur mon gout véritable, je constate... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 14:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 mai 2011

Gaëtan Picon disait

Dans L’Ecrivain et son Ombre de Gaëtan Picon, on peut lire :   « Les œuvres qui figurent dans notre mémoire sont toutes les survivantes d’une rivalité : les rescapées d’un grand naufrage.   Mais qui choisit les survivants ? L’autorité, à qui appartient-elle ? Ce témoin dont l’œuvre attend la confirmation de son existence, et auquel tente de s’identifier l’artiste quand il se détache de son œuvre pour la juger, n’est nullement un témoin concrètement défini, le public d’une situation historique et... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 11:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 janvier 2011

"Le talent est une question de quantité" Jules Renard

Dans le Journal de Jules Renard, cet extrait de 1887, sans autre précision de date : « Le talent est une question de quantité. Le talent, ce n’est pas d’écrire une page : c’est d’en écrire 300. Il n’est pas de roman qu’une intelligence ordinaire ne puisse concevoir, pas de phrase si belle qu’elle soit qu’un débutant ne puisse construire. Reste la plume à soulever, l’action de régler sn papier, de patiemment l’emplir. Les forts n’hésitent pas. Ils s’attablent, ils sueront. Ils iront au bout. Ils épuiseront l’encre, ils useront le... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 juin 2010

Alain

Que la femme pense plus que l’homme, ce n’est pas neuf. Le fameux duc de Saint-Simon n’avait pas une petite idée de lui-même ; mais devant le jugement de sa femme il s’incline ; elle est le pilote dans les tempêtes de la cour. Dans le ménage Birotteau, c’est aussi la femme qui serait le pilote, mais elle n’est pas écoutée ; au reste vous trouverez dans Balzac une ample variété de philosophes en jupon. Je veux citer une fois de plus la célèbre lettre d’Henriette de Mortsauf  dans  Le Lys ; c’est un manuel de politique ; et... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,