19 mai 2011

Belle-mère

Le 12 Mars 1889, Jules Renard écrivit ce texte sur l’attitude de sa mère avec sa femme Marinette :   --Oui, maman. --D’abord, je ne suis pas votre mère, et je n’ai pas besoin de vos compliments. Tantôt elle oubliait de mettre son couvert, tantôt elle lui donnait une fourchette sale, ou bien, encore, en essuyant la table, elle laissait des miettes devant sa bru. Au besoin, elle y amassait en tas celles des autres. Toutes les petites vexations lui étaient bonnes. On entendait : « Depuis que cette étrangère... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 17:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2011

Toulouse-Lautrec vu par Jules Renard

Jules Renard écrivait, le 26 Novembre 1894, dans son journal : « Lautrec : un tout petit forgeron à binocle. Un petit sac à double compartiment où il met ses pauvres jambes. Des lèvres épaisses et des mains comme celles qu’il dessine, avec des doigts écartés et osseux, des pouces en demi-cercles. Il parle souvent de petits hommes avec l’air de dire : « Je ne suis pas si petit que ça, moi ! » …… Il fait mal d’abord par sa petitesse, puis très vivant, très gentil, avec un grognement qui sépare... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 18:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2011

Poil de Carotte : le personnage

Dans son Journal, le 16 Juillet 1899, Jules Renard transcrit un dialogue qu’il aurait eu avec un certain Louis Paillard. On y trouve ceci :   --Poil de Carotte dit à chaque instant des choses audacieuses. On éprouve une gêne, non à cause des audaces, mais parce qu’il nous renseigne mal sur lui-même. On ne sait trop l’âge qu’il a. --Parce qu’il est fait de moments. Ce n’est pas un être qui se compose : c’est un être qui existe. J’aurais pu l’arranger, le tailler : je ne l’ai pas voulu. C’est un travail que vous faites... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 10:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 février 2011

Une citation de Jules Romains

Dans un des derniers liens que je vous ai proposés, je relève ceci : "Nous souffrons d'avoir affaire à un héros qui n'est plus qu'un prétexte (...). Il s'affiche avec ingénuité dans certains romans picaresques d'autrefois, où la personnalité du héros principal perd toute consistance, n'est que le fil ténu qui retient ensemble un collier d'histoires.Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.XI."  
Posté par Lucien Bergeret à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 février 2011

De plus en plus de picaresque

Picaresque selon CNRTL Et picaro selon le même?
25 février 2011

Et Pickwick?

Oserai-je? J'ose. Les Papiers posthumes du Picwick Club, roman picaresque ou non? Jingle? Sam?
Posté par Lucien Bergeret à 14:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 février 2011

Picaresque donc

Pour satisfaire certains de mes visiteurs, alimentons le tag picaresque. Quand je lis :"Généralement autobiographique, le roman picaresque, qui prenait le contre-pied du roman de chevalerie,...", je me dis que l'on confond peut-être la narration à la première personne et l'autobiographie. Non?
Posté par Lucien Bergeret à 10:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 janvier 2011

Romancier et personnages selon Gide

Dans Le Journal des Faux-Monnayeurs, à la date du 27 Mai 1924, Gide notait : « Le mauvais romancier construit ses personnages ; il les dirige et les fait parler. Le vrai romancier les écoute et les regarde agir ; il les entend parler dès avant que de les connaitre, et c’est d’après ce qu’il leur entend dire qu’il comprend peu à peu qui ils sont. J’ai ajouté : les regarder agir—cat, pour moi, c’est plutôt le langage que le geste qui renseigne, et je crois que je perdrais moins, perdant la vue, que perdant l’ouïe. »
Posté par Lucien Bergeret à 09:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 juillet 2010

Incipit de Lazarillo

Sachez, Monsieur, avant toute chose, que mon nom est Lazare de Tormès, fils de Thomas Gonzalez et d’Antona Perez, natifs de Tejares, village de Salamanque. Ma naissance eut lieu dans la rivière Tormes, ce qui me valut mon surnom. Voici ce qui advint : mon père (Dieu lui pardonne) avait la charge de pourvoir la mouture d’un moulin situé sur le bord de cette rivière, où il fut meunier plus de quinze ans. Une nuit que ma mère, enceinte de moi, se trouvait au moulin, les douleurs la prirent, et c’est là qu’elle me mit au monde. De telle... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juillet 2010

Don Quijote

Don Quichotte dans l’édition Bordas, traduction de Louis Viardot débute ainsi : Dans une bourgade de la Manche dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait, il n’y a pas longtemps, un hidalgo, de ceux qui ont lance au râtelier,  rondache antique, bidet maigre et lévrier de chasse. Un pot-au-feu, plus souvent de mouton que de bœuf, une vinaigrette presque tous les soirs, des abatis de bétail le samedi, le vendredi des lentilles, et le dimanche quelque pigeonneau outre l’ordinaire, consumaient les trois-quarts de son... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,