02 juin 2011

Les plaisirs purs de l'imagination ...

Au chapitre XIII du Livre troisième des Essais de Montaigne, je lis ces lignes :   « Moi qui me vante d’embrasser si curieusement les commodités de la vie, et si particulièrement, n’y trouve quand j’y regarde ainsi finement, à peu près que du vent. Mais quoi, nous sommes partout vent. Et le vent encore, plus sagement que nous, s’aime à bruire, à s’agiter, et se contente en ses propres offices, sans désirer la stabilité, la solidité, qualités non siennes. Les plaisirs purs de l’imagination, ainsi que les déplaisirs,... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juillet 2010

La Compulsion créatrice selon R.Gary

« La compulsion créatrice, nous dit Romain Gary au chapitre XXI de Pour Sganarelle, demeure primitive, naïve, enfantine, barbare, source de joie et d’émerveillement. Elle est essentiellement un acte d’adoration de la vie. Lorsqu’on sait ce qu’elle doit à la survivance de l’enfant dans l’adulte, que cet adulte soit Balzac ou Malraux, on reconnait le caractère total de son obsession par elle-même, de son absorption en elle-même : il n’y a qu’à regarder un enfant jouer. Elle est essentiellement faite d’incompréhension : c’est-à-dire... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 juillet 2010

La vida de Lazarillo de Tormes

Ainsi débute le prologue de  La Vie de Lazarillo de Tormes (édition Flammarion ; traduction Bernard Sesé) Je trouve bon, pour ma part, que des choses si remarquables, et peut-être même jamais vues ni entendues, soient connues de beaucoup de gens et ne demeurent pas ensevelies dans le tombeau de l’oubli, car il se pourrait bien que quelque lecteur y trouve quelque chose à son goût, et que ceux-là même qui n’iraient point aussi profond, y prennent plaisir. A ce propos Pline dit « qu’il n’y a pas de livre, aussi mauvais soit-il,... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 juillet 2010

Montaigne et les livres, encore

Toujours au chapitre III du Livre troisième, on lit :   Si quelqu’un me dit que c’est avilir les muses de s’en servir seulement de jouet et de passe-temps, il ne sait pas, comme moi, combien vaut le plaisir, le jeu et le passe-temps. A peine que je ne die toute autre fin être ridicule. Je vis du jour à la journée ; et, parlant en révérence, ne vis que pour moi : mes desseins se terminent là. J’étudiai, jeune, pour l’ostentation ; depuis, un peu, pour m’assagir ; à cette heure pour m’ébattre ; jamais pour le quêt. Une humeur... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 juillet 2010

Montaigne : Le commerce des livres

Extrait de Trois commerces (Livre troisième chapitre III des Essais de Montaigne)             Celui-ci[le commerce des livres] côtoie tout mon cours et m’assiste partout. Il me console en la vieillesse et en la solitude. Il me décharge du poids d’une oisiveté ennuyeuse ; et me défait à toute heure des compagnons qui me fâchent. Il émousse les pointures de la douleur si elle n’est du tout extrême et maitresse. Pour me distraire d’une imagination importune, il n’est que de recourir aux livres ; ils... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 juin 2010

Jack London

Voici le début d’un texte de Jack London paru dans The Critic en septembre 1902. Je l’ai trouvé dans un recueil de textes réunis par Francis Lacassin sous le titre Profession : écrivain De nos jours, le candidat littérateur, ou plutôt le candidat artiste littéraire, ou plutôt encore le candidat littéraire ayant un ventre plein d’activité et une bourse vide, se trouve en face d’un paradoxe criant. Comme il est un candidat, il est incontestablement un homme qui n’est pas arrivé, et un homme qui n’est pas arrivé n’attire... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2010

Montaigne

Mon dessein est de passer doucement, et non laborieusement, ce qui me reste de vie. Il n'est rien pour quoi je me veuille rompre la tête, non pas pour la science de quelque grand prix qu'elle soit. Je ne cherche aux livres qu'à m'y donner du plaisir par un honnête amusement; ou si j'étudie, je n'y cherche que la science qui traite de la connaissance de moi-même, et qui m'instruise à bien mourir et à bien vivre :    Has meus ad metas sudet oportet equus .Les difficultés, si j'en rencontre en lisant, je n'en ronge pas mes... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 juin 2010

Avant la lecture

Tu vas commencer le nouveau roman d’Italo Calvino, Si par une nuit d’hiver un voyageur. Détends-toi. Concentre-toi. Ecarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t’entoure s’estomper dans le vague. La porte, il vaut mieux la fermer ; de l’autre côté, la télévision est toujours allumée. Dis-le tout de suite aux autres :  « Non, je ne veux pas regarder la télévision ! » Parle plus fort s’ils ne t’entendent pas : « Je lis ! Je ne veux pas être dérangé. » Avec tout ce chahut, ils ne t’ont peut-être pas entendu : dis-le... [Lire la suite]
Posté par Lucien Bergeret à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,